Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

VINCENT BIOULÈS

Chemin de traverses

Propos recueillis par Sandy Berthomieu

Le musée Fabre propose une exposition monographique d’envergure sur l’œuvre picturale de Vincent Bioulès. Né à Montpellier en 1938, le peintre emprunte les voies de l’abstraction et revient à la figuration. Les paysages méridionaux de la mer aux montagnes, les observations quotidiennes témoignent d’une touche vibrante de couleurs. Interview avec Stanislas Colodiet, conservateur du patrimoine, co-commissaire, autour de cette exposition importante.

Crédit : V.Bioulès Daphné 1998-1999 Musée Fabre

Pouvez-vous expliquez les choix qui ont mené à Vincent Bioulès ?

Il y a plusieurs raisons, il est très attaché à sa ville natale, le lien est naturel et son ancrage important. Il a découvert très jeune le musée Fabre où il regardait les tableaux pendant ses études. Après avoir enseigné dans de nombreuses écoles d’art (Nîmes, Paris…), il est devenu professeur à l’école des beaux-arts de Montpellier en 1988. Il est membre fondateur du groupe « Supports/Surfaces » de l’été 1970 à 1972. C’est un mouvement artistique très court mais important et notable dans l’histoire de l’art. C’est également une mouvance importante pour le musée qui a déjà mis à l’honneur plusieurs artistes tels que Claude Viallat en 2014.

D’autres lieux et événements font écho à cette exposition ?

Effectivement, c’est un autre point important à souligner. Cet été Montpellier ouvre le centre d’art le MoCo avec la réactivation cinquante ans plus tard de l’événement « 100 artistes dans la ville ». Cette initiative est née en 1970 avec la participation de Tjeerd Alkema, Jean Azémard, Vincent Bioulès et Alain Clément. Nicolas Bourriaud, Directeur général du MoCo présente un parcours d’œuvres contemporaines conçues pour l’espace public.

Par ailleurs, l’Hôtel de Cabrières-Sabatier d’Espeyran propose grâce à Florence Hudowicz, conservatrice du patrimoine, une programmation en lien avec le musée. Cette année, ce lieu accueille une proposition très intéressante de grands portraits, les couleurs sont dynamiques, il y a des contrastes… l’ensemble fonctionne bien.

Comment est construite cette rétrospective ?

Cette exposition est à la fois thématique et chronologique ! La première partie est très historique, il est important de présenter le contexte pour comprendre l’œuvre et la démarche de cet artiste. Puis, le spectateur découvrira des thèmes récurrents dans sa carrière comme les paysages de littoral, il y a également des vues intérieures de sa maison ou de son atelier ou une série de places urbaines et de marronniers. Nous montrons dans un même temps des œuvres historiques et des toiles récentes peintes l’année dernière.

Quelles œuvres pourrons-nous contempler ?

Vincent Bioulès est un artiste prolifique, il est impossible de tout montrer, toutefois vous pourrez voir des toiles de grands formats et des dessins (issus de son don de 500 carnets de recherche au musée Fabre venu enrichir la collection d’art graphique il y a quelques années). Nous exposons les œuvres de notre collection. A celles-ci s’ajoutent les pièces d’institutions majeures en France comme le musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, de Saint Etienne, de Marseille ou encore de Nice. Ses grandes collections sont complétées par des collections particulières et des prêts de l’artiste lui-même. Dans son atelier il a des œuvres dont il n’a jamais voulu se séparer ! Nous sommes allés sur place avec Michel Hilaire, Conservateur général du patrimoine, commissaire général, afin de sélectionner quelques pièces. C’est une occasion unique de voir ses œuvres très rarement exposées. Le parcours de cette exposition est important, il débute au 1er étage du musée où nous avons exceptionnellement décroché l’expo permanente, la découverte se poursuit au rez-de-chaussée avec au total plus de 200 œuvres à admirer !

Un catalogue accompagne cet événement…

Nous publions un ouvrage de 400 pages auprès de l’éditeur Bernard Chauveau. Il reprend les grandes sections de l’exposition et est complété avec des essais inédits, des documents d’archives, une bibliographie fournie… C’est un très beau livre.

http://museefabre.montpellier3m.fr

Exposition Musée Fabre, Montpellier

Jusqu’au 06 octobre 2019

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *