Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

Tutto Felllini ! Le 42e Cinemed est maintenu

Alors que le Président de la République vient d’instaurer un couvre-feu à Montpellier, le Festival Cinemed commence ce 16 octobre. Malgré toutes les restrictions depuis le début de cette crise sanitaire les équipes du Cinemed se battent pour pouvoir proposer un festival mettant le cinéaste Federico Fellini à l’honneur.

C’est aujourd’hui officiel : le festival aura bien lieu. 

Entretien avec Charlélie Jardin, Médiateur Culturel au sein du Festival International du Cinéma Méditerranéen de Montpellier, afin d’évoquer cette nouvelle édition et sa programmation

 

affiche-cinemed-edition2020

 

Suite aux mesures gouvernementales par rapport à la crise sanitaire et notamment concernant le couvre-feu, comment cela va se traduire pour le Festival Cinemed ?

La programmation va être préservée au maximum, presque dans son intégralité. Depuis le début de cette crise nous sommes en discussion avec la Préfecture, avec la Mairie de Montpellier afin qu’un protocole puisse naître et qu’il n’y ait aucun problème sanitaire au cœur du Corum. Le but était avant tout que ce lieu devienne l’endroit le plus sûr de Montpellier par rapport au Covid. Tout ceci a été validé il y a une quinzaine de jours. La décision du couvre-feu hier soir n’a pas remis en jeu le festival, cela nous montre juste que nous devons continuer à nous adapter. Nous continuerons à le faire et nous y arriverons, le festival aura lieu. Nous sommes en train de travailler à la réorganisation de certaines projections mais tout est pensé, tout est réfléchit, et même si cela prend du temps, la nouvelle grille horaire sera disponible sous peu.

Comment s’est construite la programmation de cette édition si particulière ? Sur quoi avez-vous choisi de mettre l’accent ?

Deux socles forment l’identité du festival, en premier lieu la rétrospective. Cette année nous avons donc créé une rétrospective du cinéaste Fellini, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance. Nous allons présenter au public l’Intégralité de son œuvre, soit plus de 23 films dont des courts métrages. Autour de cette retrospective nous avons décidé de lier les arts, à la fois l’écriture avec Daniel Pennac, mais aussi l’art contemporain avec Laëtitia Delafontaine et Grégory Niel qui présentent une œuvre qui s’intitule Le 7 ème continent liée au film Le Casanova de Fellini, mais aussi à travers des expositions notamment une exposition photographique. L’autre identité du festival Cinemed c’est de présenter un cinéma d’actualité. C’est à dire interroger le cinéma méditerranéen dans son intégralité. Par la suite des producteurs nous ont fait confiance, des artistes et des réalisateurs nous ont envoyé des films et nous avons pu à partir de cela proposer un cru de longs-métrages. Concernant les documentaires aussi, il s’agissait de voir ce qu’il se déroulait pays méditerranéen par pays méditerranéen, de faire de la prospection. En définitive, le travail a été identique aux autres années dans la manière d’aborder la programmation mais avec toutes les contraintes d’aujourd’hui que nous connaissons. Nous avons un festival très riche à proposer et c’est pour cela que nous travaillons fort pour le préserver et pouvoir l’offrir au public montpelliérain.

 

 

Autour de la Rétrospective de Fellini vous proposez au public une rencontre avec les auteurs Daniel Pennac et Marco Caramelli animée par Bruno Cras…

Un rendez-vous est proposé ce dimanche 18 octobre au Corum. Daniel Pennac, auteur de La Loi du Rêveur est véritablement inspiré du rêve de Fellini. Il est passionné par ce maestro. Quant à Marco Caramelli auteur du livre d’Un si beau désordre,  il s’agit d’une adaptation du film Huit et demi avec quelques passages qui tournent autour de la Dolce Vita. Travaillant sur cette rétrospective de Fellini nous nous sommes donc aperçu que l’offre était immense le concernant et nous avons choisi la littérature comme porte d’entrée pour évoquer ce grand réalisateur. C’est par la littérature que l’on évoque Fellini et c’est pour cela qu’il y aura cette première rencontre. C’est la première fois que cet axe est choisi pour évoquer son œuvre.

En parlant de littérature et de première fois, c’est aussi lors du festival Cinemed que l’on verra l’avant-première mondiale du film Zai, Zai, Zai, Zai, de François Desagnat, une adaptation de la bande dessinée à succès de Fabcaro…

Oui et le tournage est montpelliérain en grande partie. C’est quelque chose d’assez incroyable. Fabcaro est un vrai enfant d’ici, très aimé et très connu des montpelliérains. Il souhaitait personnellement que le film soit présenté la première fois ici, à Montpellier.

 

 

Ce 42ème Cinemed commence ce 16 octobre, quels sont vos souhaits vis-à-vis du public ?

Nous espérons que le public prendra en compte tous les enjeux du festival cette année. Nous souhaitons qu’il nous soutienne mais qu’il soutienne aussi les salles partenaires comme le Diagonal, le Gaumont, Utopia… Des salles qui vont en avoir besoin. Les chiffres nous montrent aujourd’hui seulement une fréquentation à 50% par rapport à l’année dernière. Nous avons constaté également que faire événement, proposer des rencontres, fonctionnaient en France actuellement. Nous avons juste un message à faire passer : Venez montrer votre amour pour le cinéma. Venez rencontrer car même masqués, les regards sont là. Si le public joue le jeu et respecte les mesures mises en place, nous serons tous gagnants et nous pourrons faire la fête du cinéma, dans une salle de cinéma.

Propos recueillis par Johanna POCOBENE

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *