Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

SÈTE JOUTES ULTRA 34

Punk dock sétois

Propos recueillis par Alexandre Seba

Ils chantent Sète et ses fameuses joutes sur des riffs punk rock. Sète Joutes Ultra 34, alias Mme Le Gué (chant), Ange Gutti (machines et basse), Batavia (guitare) et Samia (guitare), porte haut les couleurs de sa ville : du bleu-blanc de la Saint-Louis au petit jaune pastaga.

Photo : A.S

Comment avez-vous démarré ?

On a commencé y a deux ans, à la louche, sur un délire où on a enregistré un morceau. Six mois après, on nous a demandé de faire un concert… Et depuis on continue !

Vous êtes partis dans un truc un peu particulier…

Un délire d’apéro ! Ou plutôt un délire d’après Saint-Louis. Au tout début, on avait enregistré le son de la foule et on s’est amusé à mixer dessus. Du coup ça a donné une idée et on a écrit une chanson à partir de là (« Aurélien m’a tuer » ndlr). Qui en fait est notre seule véritable compo, avec nos paroles et notre propre musique. Après, le reste on prend des airs, on les réarrange et on met nos textes dessus.

Avec une certaine dose d’humour ?

C’est la base, l’humour, la dérision. Faut que ça soit rock’n’roll et que ça parle de joutes, ou de la vie à Sète en général… Grosso modo quand y a un conneau qui sort une phrase qui nous fait rire à l’apéro, de cette petite phrase on fait une chanson… On essaie de tricoter comme ça, on brode. Sans se casser la tête non plus.

Vous aimez vraiment les joutes ?

Oui, vraiment ! Surtout Mme Le gué, qui joute un peu. Nous on est plus supporters, on encourage… Ils se font pousser, ils prennent des jets, c’est spectaculaire et vraiment d’ici. Et puis il y a surtout la camaraderie et l’apéro. La troisième mi-temps est souvent bien arrosée.

Les jouteurs écoutent votre musique ?

Mme Le Gué : Au début j’avais rien dit, après j’ai commencé à le dire un peu comme ça, quelques-uns ont prêté l’oreille et ont trouvé ça rigolo au niveau des textes. Après la musique c’est du punk donc faut aimer. Dans le milieu des joutes c’est plutôt Michel Sardou…

Qui est cet Aurélien dont vous parlez dans vos chansons ?

Aurélien Evangélisti ; c’est notre idole, c’est le champion. (Septuple champion des joutes à Sète ndlr).

Pourquoi êtes-vous masqués ?

C’est parti d’un délire d’apéro aussi. Avant de faire le premier concert, on s’est dit ce serait rigolo. Une copine a fait nos cagoules, assorties à nos marinières. C’est aussi le côté hooligan, ultra, supporter : on se masque le visage et on va tout casser ! Mais c’est ironique.

Comptez-vous bientôt sortir un disque ?

Non. On fait juste nos enregistrements qu’on balance ensuite sur internet et parfois des concerts mais on ne court pas derrière non plus. On fait d’abord ça pour nous amuser !

Site internet Sète Joutes Ultra 34 : https://wearethejouteurs.bandcamp.com/

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *