Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

RAUL MIDÒN À L’OPÉRA COMÉDIE À MONTPELLIER – 10/10/2013

Opéra Comédie, le jeudi 10 octobre, je vais voir Raul Midòn se produire sur la scène fraîchement rénovée de ce superbe lieu, avant de filer au Rockstore pour festoyer à l’occasion de la réouverture après les 9 mois de fermeture (mais là n’est pas le sujet). L’artiste ne se fait pas attendre longtemps, le concert commence rapidement. Et c’est parti pour 2 heures de live.

Il étrenne « tranquillement » une de ses grattes et se chauffe la voix le temps de faire monter l’ambiance dans la salle (ça lui prend deux morceaux), puis vient le titre bien connu « Sunshine » (mais si ! Vous la connaissez, ça fait : lala lalalalala… !). Son interprétation dure 15 minutes, à peu de choses près, mais on va pas chipoter, de toute manière je ne vois pas l’heure dans c’te salle, y fait trop noir et ma Casio n’est pas rétro-éclairée (c’est un modèle vintage que j’ai trouvé dans un vide-grenier). 15 minutes sur le même thème, vous allez me dire, deux points ouvrez les guillemets « ça doit être lassant » fermez les guillemets. Que nenni ! Cet exploit (n’ayons pas peur de mettre l’emphase) augure un bon spectacle.

Pour ceux qui ne connaissent pas le phénomène (comme moi avant ce soir), il faut savoir que cet homme est en réalité doté de super-pouvoirs. Si si, je vous assure, je l’ai bien examiné et il ne peut en être autrement ! Déjà, il a la particularité d’avoir une technique de jeu qui lui est propre, usant du slap (« technique de jeu consistant à produire des sons par percussion sur un instrument non percussif ») comme personne et utilisant toutes les possibilités sonores imaginables que cet instrument peut offrir. Là dessus il te pose une voix à la clarté étincelante et dont la souplesse te fait dire : « cet homme chante comme il respire, dis donc » (le « dis donc » est très important dans cette formulation car il met l’accent sur la surprise). Elle emplit cette salle parée de velours et l’on se sent enveloppés dans une matière duveteuse tant sa chaleur et suavité comblent l’enceinte.

Puis il enchaîne en prouvant qu’il a un large ambitus (amplitude de voix), mais ça c’est rien quand on entend la suite…

L’artiste aime bien (et il le fait très bien, tant mieux pour nous !) les (encore impressionnants) effets vocaux qui ponctuent ses phrases, au long desquelles on se demande quand il va reprendre son souffle. Ça swingue grave man !

Et il est tout seul. Et comme ça ne lui suffit pas de nous en mettre plein les mirettes et les esgourdes (je crois que ce mec aime bien se la raconter en fait !), et bah il commence à faire de la trompette avec son organe vocal ! Et on y croirait, le son est posé et fluide, et en plus il vibre à la tierce, voire la quinte… Easy ! La ssecla quoi !

Espantée par les prouesses techniques du bien nommé « Fastfingers », je remarque que je ne suis pas la seule à émettre des « oh la la !!! », « la vache », « puuuut*** », « mazette » et autres interjections montrant l’étonnement, que dis-je, l’admiration dans le public !

Il est tout seul le mec. Bon, il a deux petits bongos devant lui aussi, histoire de s’amuser un peu : de sa main gauche, il tape sur les barrettes de son manche (de guitare) et ça lui fait la basse (bon, un peu aiguë pour une basse, mais on lui pardonne, il est sympa…) (et aveugle surtout), et avec sa main droite il percussionne, le tout en groovant la chansonnette, toujours agrémentée d’effets de voix et de trompette ma foi pas dégueux.

Cet homme n’a que deux bras avec une main à chaque extrémité mais je le soupçonne fortement de s’être fait greffer un troisième membre invisible avec lequel il arrive à assurer un spectacle hors du commun (bah oui, avec un membre invisible, ça ne peut être qu’extraordinaire…).

Comme le chantait Aretha Franklin en 1967, et comme l’écrivait avant ça Otis Redding en 1965 : R.E.S.P.E.C.T pour cet homme-orchestre qui m’a régalée ce soir.

AP.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *