Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

PASCAL RAMBERT

« Mont Vérité » en ouverture du Printemps des Comédiens

Propos recueillis par Julia Lemoine

Le Printemps des Comédiens revient au Domaine d’O du 31 mai au 30 juin 2019. Ce sont les élèves de l’école du Théâtre national de Strasbourg qui ouvriront le bal avec « Mont Vérité » écrit et dirigé par Pascal Rambert en collaboration avec le chorégraphe Rachid Ouramdane. Idem a pu s’entretenir avec le dramaturge.

©Jean-Louis Fernandez

Auteur, metteur en scène, chorégraphe, d’où vous vient cette pluridisciplinarité ? Vous aimez penser une pièce dans son ensemble ?

C’est plutôt une question de praticité, c’est ma façon de travailler depuis toujours. J’ai écrit des pièces de théâtre, mis en scène et fait des pièces chorégraphiques qui ont notamment étaient présentées à Montpellier Danse. « Mont Vérité » est particulier puisqu’il a été écrit pour de jeunes acteurs de l’École du Théâtre National de Strasbourg. Quand on crée pour de jeunes gens entre 20 et 25 ans, on a envie qu’ils soient vus au meilleur d’eux-mêmes, qu’ils puissent, à partir d’une pièce, montrer l’ensemble de leur talent.

Pour « Mont Vérité », vous avez choisi de travailler avec le chorégraphe Rachid Ouramdane. Comment s’est faite la collaboration ?

J’ai beaucoup collaboré avec Rachid Ouramdane, pour « Mont Vérité » ça me semblait important qu’il vienne rapporter sa propre expérience aux jeunes acteurs. Il travaille beaucoup avec des danseurs professionnels mais aussi avec de jeunes acteurs et de jeunes danseurs. Son approche pédagogique est intéressante pour transmettre son savoir à de jeunes gens issus du théâtre et non de la danse.

Justement, c’est important pour vous la transmission aux nouveaux arrivants dans le monde du théâtre ?

Oui, même si j’ai très peu de temps pour le faire. Je travaille très souvent à l’étranger mais quand je suis en France, j’essaie de le faire au moins une fois tous les deux ans quand le projet m’intéresse. Je suis écrivain associé au Théâtre National de Strasbourg et j’ai une longue relation avec Stanislas Nordey, qui le dirige donc quand il me demande quelque chose, j’ai envie de répondre par la positive.

Que raconte « Mont Vérité » ?

Mont Vérité, c’est d’abord un lieu, Monte Verità, près de Locarno en Suisse. C’est un lieu qui a été extrêmement pourvoyeur en artistes dans les années 1900-1930. C’était un endroit utopique où des personnes de différentes disciplines réfléchissaient sur les thèmes de la danse, l’écriture, la philosophie, le rapport au monde, l’architecture… Cet endroit m’a toujours fasciné. Aujourd’hui, les écoles d’art, de danse, de théâtre sont, je l’espère, encore des lieux où il y a des restes d’utopie en pensant pouvoir changer les choses ou simplement en osant rêver. Je trouvais intéressant de mettre en parallèle, ces personnes et les jeunes intermittents en réinventant l’histoire à l’intérieur d’une école. Ainsi, les acteurs se questionnent sur ce qu’est un geste, comment parler, comment raconter le monde… Cette pièce, c’est se servir du passé pour éclairer notre monde contemporain.

Pourquoi avoir choisi de faire la présentation de « Mont Vérité » au Printemps des Comédiens à Montpellier ?

C’est un désir de la part de l’École du Théâtre National de Strasbourg de présenter le travail de ses élèves au Printemps des Comédiens. Ils ont envie de montrer que des jeunes artistes ont leur place dans des festivals importants. La pièce sera ensuite en tournée notamment à Bobigny et à Strasbourg.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *