Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

ODDBJØRG REINTON

ODDBJØRG REINTON
Une artiste solaire entre deux pôles…
Ethologie picturale

En 2007 le palais de la découverte de Paris l’avait invitée à l’occasion du thème sur le réchauffement climatique et la fonte des neiges. Admiratrice d’Odilon Redon, amoureuse de la France, l’artiste peintre engagée d’origine norvégienne Oddbjørg Reinton s’est établie à St Brès près de Montpellier. Ses peintures sont des cris…d’animaux en voie d’extinction. Ses œuvres résident en une technique mixte, mêlant des peaux synthétiques, diverses matières, incluant l’écriture de la langue norvégienne qui met en exergue un questionnement tant sur le comportement animal qu’humain. On appelle ça la compossibilité selon la théorie de Leibniz. Ours blanc, gorilles, éléphants, tortues de mer… son pinceau est le porte-parole des animaux contre la pollution, le braconnage, la bêtise humaine…. Passionnée, elle est aussi d’humour très rock…Peintre de l’âme ?
Tu prépares une exposition assez importante à Avignon dans le cadre de Parcours de l’art cet automne…Peux-tu nous en parler ?

O.R : Je viens juste de terminer un triptyque de gorilles intitulé « famille » d’où l’idée de composition/décomposition est essentielle.  Là, deux expositions auront lieu à Avignon dans le cadre du « Parcours de l’art » dans deux lieux différents. Du 27 septembre au 16 octobre une partie des deux cent portraits de gorilles (l’autre est à Oslo) sur le thème de l’enfermement, sera exposée à l’Espace Vaucluse   et une autre sur les ours du 1er au 22 octobre au cloître St Louis.

Le tableau représentant l’ours blanc en page d’accueil de ton site (acrylique sur toile 2006) a été choisi par la Galerie.  Comment expliques-tu ce choix ?

O.R : Je pense qu’il interpelle beaucoup de gens. Au fil du temps on peut voir que ma peinture coule de plus en plus. Donc la matière s’appauvrit, le blanc devient « sale ». Ce tableau résume assez bien mes préoccupations : la rencontre entre le noir et le blanc, le changement climatique ; le glissement ou transformation lente et violente à la fois ainsi que l’ambiguïté : on ne sait pas si l’animal surgit de l’eau, s’il s’en sort, ou s’il est entrain de lutter contre la noyade …tout est possible… Je garde en tête une citation de Malraux : « On marche mal sur le vide ».

 

Propos recueillis par Fabienne Durand
 
 
 
Espace Vaucluse
Du 27 septembre au 16 octobre
Les ours au cloître St Louis
Du 1er au 22 octobre
Galerie Parcours de l’Art
69 rue Bonneterie.84000 Avignon
04.90.89.89.88
www.parcoursdelart.com
www.oddbjorg-reinton.com
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Warning: fopen(.SIc7CYwgY): failed to open stream: No such file or directory in /home/euclydia/idem/wp-content/themes/Aggregate2/footer.php on line 7

Warning: fopen(/var/tmp/.SIc7CYwgY): failed to open stream: No such file or directory in /home/euclydia/idem/wp-content/themes/Aggregate2/footer.php on line 7