Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

LE VENTRE À L’AIR

Une tour de pierre habillée

Propos recueillis par Sandy Berthomieu

Au cœur du Vallon du Villaret, ce parc ludique et artistique se dresse fièrement une Tour du XVIème siècle accueillant chaque été des expositions d’art contemporain. Cette année le duo Hesse et Romier a investi habilement cette architecture. Leur œuvre imposante par la taille n’alourdit pas le bâtiment, bien au contraire ! A travers ce regard singulier accoudé aux fenêtres, l’expérience fait écho à son propre quotidien. Rencontre avec les artistes à quelques minutes du vernissage.

Crédit photo : Hesse et Romier

Comment s’est construit ce projet ?

Nous sommes venus visiter cette Tour en décembre. Cela faisait déjà un petit moment qu’on observait dans les rues, les draps pendus aux fenêtres des chambres. Ici, nous avons observé toutes ces ouvertures avec l’envie de les exploiter, de les faire vivre. Dans ces monuments historiques, il n’y a pas deux fenêtres identiques ! Les grandes ouvertures à l’étage noble où on a installé un gros ventre rebondi… c’est l’opulence du maître. Puis il y a les fenestrons, les jours de souffrances, les petites lucarnes laissant passer un jour maigre. Il y a une sacrée histoire de cette maison forte, nous avons habité toutes ces fenêtres.

L’intime se retrouve dehors…

Les gens déballent leur lit aux fenêtres, les édredons, les traversins, les oreillers… tout est mis à l’air ! Littéralement, le ventre à l’air…. C’est particulier de partager ses draps, son lit à la vue de tous, c’est le siège de l’intime et tout à coup cela est mis en lumière, en plein soleil. Il y a de la curiosité mais aussi de la gêne, une ambivalence de sentiment dans notre rapport aux autres.

A travers votre création, vous avez personnifié cette tour…

L’idée était de rendre vie au bâtiment. Elle ressemble un peu à un géant au milieu de la forêt. Quand on ouvre les tripes d’un animal, on retrouve ce camaïeu de couleurs, le rouge rosé, le blanc nacré et ce jaune. La maison montre tout l’intérieur de son ventre, de ses viscères. Cela contraste avec les pierres taillées qui sont restées dans un alignement impeccable. Dans le mot façade, il y a face. C’est un motif que l’on retrouve dans les dessins d’enfants où la maison devient un visage avec une porte centrée, des fenêtres comme des yeux… Cela se répercute dans les lotissements où les enduits choisis sont un dégradé de couleur chair.

Finalement, ces œuvres cohabitent avec cette géante de pierres…

Il y a un jeu d’échelle. Nous sommes restés ici trois semaines, nous avons cousu une garde-robe sur mesure pour la Tour, aucun édredon, traversin, couette ne pourrait convenir pour un lit standard humain. Au rez-de-chaussée, dans les entrailles du bâtiment, une installation faite d’accumulation d’os de divers animaux, de journaux et de décor doré évoque les restes d’un repas de fête. A partir de nos observations du réel, nous amenons vers une fiction.

www.levallon.fr

http://www.kephyr.fr/ : site des artistes

Vallon du Villaret, Lozère

Jusqu’au 03 novembre

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *