Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

LE SUPERHOMARD

« Meadow Lane Park »

Propos recueillis par Julia Lemoine

Après une année très productive en 2018 avec deux sorties d’EP « The Pomegranate Tree » et « Springtime », Le SuperHomard a sorti en février 2019 son premier album « Meadow Lane Park ». Un album mélangeant les styles et les époques avec volupté et élégance. Grande réussite pour le groupe composé de Christophe Vaillant (claviers/guitares), Benoit Pithon (claviers/guitares), Julie Big (chant/claviers), Laurent Elfassy (basse) et Maxime De Cillia (batterie). Entrevue avec Christophe Vaillant.

Crédit photo : ALICE LEMARIN

Quel drôle de nom : Le SuperHomard !

En fait ce n’est pas un drôle de nom, c’est tiré du film Ne nous fâchons pas de Georges Lautner, sorti en 1966. Il y a une scène dans une boite de nuit qui s’appelle Le SuperHomard. Le nom vient de là car c’est un film que je regardais beaucoup étant jeune.

On ressent dans vos morceaux une certaine nostalgie de la pop music Anglo-Saxonne des années 60.

Oui, en effet, j’écoute beaucoup plus de musiques des années 60 et 70 que de musiques actuelles. Mais on ne veut surtout pas calquer les morceaux des années 60. Dans nos compositions, il y a surtout un mélange de différentes époques entre des sons qui font plus années 60, 70 et 80.

Justement, quelles sont vos influences musicales de ces époques ?

Il y a principalement Ennio Morricone, le compositeur de musiques de films mais je ne m’inspire pas forcément des musiques très connues qu’il a pu faire pour les westerns. J’aime beaucoup aussi les musiques psychédéliques et très orchestrées des années 60 comme le groupe américain The Left Bank. Je m’inspire aussi des groupes des années 2000 comme Stereolab ou Broadcast, qui sont des groupes anglais qui faisaient un peu les mêmes démarches que nous en intégrant des musiques de films à leurs compositions.

Vous faîtes des concerts en Angleterre, vendez des albums au Japon… Le SuperHomard s’exporte avec succès !

On a choisi de sortir notre premier album sous le label espagnol Elefant Records qui distribue à l’international. Notre musique a plus de chance d’intéresser à l’international qu’en France, même si on commence à intriguer les médias français, mais par exemple on passe beaucoup plus à la radio anglaise (Angleterre, Etats-Unis, Australie…) que française.

Vous êtes à la pointe de la technologie avec votre dernier clip « Meadow Lane Park » réalisé en réalité virtuelle.

Oui, c’est Cyril « Pooley » Jean qui a fait tout l’univers du groupe depuis le début (pochettes d’albums, clips, visuels…) et qui a eu l’idée de faire ce clip très original en réalité virtuelle.

Une tournée est prévue ?

La tournée se fera plutôt en fin d’année mais en attendant on fait quand même pas mal de dates. On sera au Pingouin Alternatif à Arthez du Bearn le 7 mai, au festival The Great Escape à Brigthon et au Festival This Is Not A Love Song à Nîmes le 30 mai.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *