Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

LA ZONE – Espace de création artistique modulable aux portes de Montpellier

La Zone est un tiers-lieu culturel situé à Castries, à l’extrême Est de la métropole montpelliéraine. Comme toutes les structures culturelles, elle a dû faire face aux conséquences de la crise sanitaire de 2020, qui a durement touché le monde de la culture, mais elle en sort grandie et bouillonnante de projets. Rencontre et entretien avec Lucas Peleterie, le Directeur artistique du lieu, qui fait avec nous le point sur ce qu’est La Zone, son approche artistique originale, et les projets à venir pour ce lieu si atypique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peux-tu nous expliquer ce qu’est La Zone et quelles activités elle propose ?

La Zone est un lieu de créations artistiques variées, situé à Castries. Constitué exclusivement de conteneurs, c’est un bâtiment qui était auparavant une ferronnerie d’art, implanté sur une zone d’activité. Elle offre un grand plateau de travail de 140 mètres carrés, 6 mètres de hauteur sous plafond, un bar de 70 mètres carrés, ainsi qu’un espace extérieur aménagé. C’est un lieu associatif, pensé pour recevoir toutes sortes d’artistes du spectacle vivant ou du cinéma. Nous pouvons y accueillir des résidences, des tournages, du montage de décor, et d’autres activités. Le lieu est, pour le moment, entièrement auto-financé, et a été monté sur la base d’un chantier participatif qui a accueilli une centaine de bénévoles depuis environ cinq ans. À la base, le terrain était une véritable friche et il a fallu pas mal de travail pour que le lieu puisse déployer toutes ses capacités de création et d’accueil. La Zone était, dans un premier temps, vue comme un futur lieu ouvert proposant des spectacles pluri-disciplinaires. Mais ces exigences ont été revues lorsque, en 2018, l’accueil d’artiste a naturellement pris le pas sur l’accueil du public. La crise sanitaire de 2020 a ensuite considérablement retardé ce projet d’ouverture au public, et donc les activités se sont essentiellement concentrées sur les artistes, qui sont devenus, de fait, notre public.

Qui est derrière le projet, qui le fait vivre ?

Nous sommes 6 membres permanents. Basile, régisseur de métier, qui chapeaute le lieu. Victor, éclairagiste, et Flavien, ingénieur du son. À eux trois, ils s’occupent de toute la technique du lieu et de l’accueil technique des artistes. Je gère ensuite toute la coordination artistique, ainsi que la communication et la programmation culturelle, quand cela sera de nouveau possible. En général, je suis le premier contact des artistes. Il y a Armelle, graphiste et illustratrice, qui travaille en communication avec moi. Et enfin Guilhem, qui gère toute l’administration à distance. Chacun a une fonction clairement établie, mais c’est un véritable travail d’équipe. Par ailleurs, toutes les prises de décisions sont collégiales. En dehors de ces membres permanents, de nombreux bénévoles font vivre l’endroit et apportent leur aide. En ce moment, un chantier participatif nous permet de parfaire la structure, et l’endroit ne serait pas le même sans eux.

Comment les projets artistiques qui se présentent ici se construisent-ils, concrètement ?

La Zone est pensée comme un lieu d’émulsion artistique, d’échanges entre créateurs. Contrairement à un prestataire classique qui ne ferait que louer le lieu aux artistes, nous nous engageons dans une démarche de support et de création artistique avec eux. Dans la mesure où le lieu était d’abord pensé comme un espace devant accueillir du public, les artistes qui louent La Zone ne sont pas considérés comme des clients, mais comme notre public. En ce sens, il y a un véritable échange créatif. Il n’y a aucune direction artistique imposée, chaque équipe arrive avec ses propres idées, mais nous sommes présents pour les guider, leur montrer les potentiels différents qu’offre le lieu, les modulations qui peuvent être mises en place. En Novembre dernier, nous avons par exemple accueilli les équipes de La Chica pour le tournage de son clip La Loba. Nous avons échangé à propos de projets futurs, et lorsqu’ils sont partis, l’idée de retravailler ensemble était lancée. C’est cette effervescence artistique qui différencie La Zone d’un lieu d’activité de rendement. D’autre part, le lieu permet la création de projets définis autour de lui. Je pense notamment à La Volte, et au groupe The Mitchi Bitchi Bar, qui sont tous venus créer leurs projets respectifs, et qui reviendront prochainement afin de créer des projets en rapport avec le lieu et les possibilités qu’il offre.

 

Armelle Brin

 

Comment a été gérée la crise sanitaire de 2020 par le lieu et les équipes ?

La crise sanitaire du printemps a pris tout le monde de court, et pour nous elle a simplement été synonyme d’un arrêt de nos activités. Nous n’avons pas eu le temps de nous projeter réellement, on a fait face, comme tous les autres acteurs de la vie artistique. À la fin du printemps, néanmoins, et durant tout l’été, nous avons pu rouvrir nos portes et faire de l’accueil d’artistes. Aussi, nous avons ouvert tous les week-ends pour le public, sur des petits évènements culturels divers. Pour le second confinement, en automne, nous avons pu continuer à accueillir les compagnies professionnelles, et les résidences ont également permis de continuer à faire vivre le lieu.

Que peut-on attendre pour la suite ?

D’abord, continuer à développer nos projets actuels, l’accueil d’artistes et les projets audiovisuels notamment (tournages de clips et de courts-métrages). Nous envisageons surtout une ouverture au public, en tant que lieu culturel pluri-disciplinaire, d’ici Septembre 2021, si les conditions le permettent. Nous pourrons alors proposer des spectacles, des concerts, du théâtre, des expositions d’art. Le lieu a toujours été pensé dans une optique d’échange entre artistes et public, et il nous tarde de voir ça concrètement à l’œuvre.

Propos recueillis par Sarah Ananna

Cartouche / La Zone, à retrouver sur Instagram et Facebook en attendant l’ouverture au public en septembre !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *