Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

KINSHASA CHRONIQUES

Découverte d’une ville bouillonnante

Propos recueillis par Sandy Berthomieu

Le Musée International des Arts Modestes se pare aux couleurs de la capitale de la République Démocratique du Congo avec cette exposition coproduite avec la Cité de l’architecture & du patrimoine. Une ville où les expressions contemporaines sont plurielles et effervescentes. Cette exposition thématique dévoile une riche sélection d’œuvres de soixante-dix jeunes artistes. Discussion enthousiaste et passionnante avec Claude Allemand, historienne de l’art et commissaire d’exposition.

Photo : Pierre Schwartz

Pourquoi Kinshasa ?

Tout d’abord parce que le MIAM invite depuis quelques années à explorer des villes de tout continent (Manille, Winnipeg…) mais l’Afrique n’avait pas encore été traitée. Kinshasa est une ville absolument particulière avec une scène artistique portant une réelle énergie vitale ! Il y a toutes les formes d’expressions : musique, performance, peinture, photographie, vidéo…

Une diversité et richesse culturelle débordante !

Nous sommes une équipe de cinq commissaires pluridisciplinaires. Nous avons croisé les regards avec Sébastien Godret, architecte, Dominique Malaquais, chercheur au CNRS, Fiona Meadows, commissaire d’exposition spécialisée en architecture, Eric Androa Mindre Kolo, artiste et moi-même historienne de l’art associée au MIAM. Nous avons effectué plusieurs missions sur place et rencontré une centaine d’artistes. Le choix s’est peu à peu affiné autour de 70 artistes, c’est une jeune génération, tous très différents pour présenter la création contemporaine.

La scénographie retranscrit l’esprit de la ville…

L’exposition est construite comme une déambulation avec des chroniques thématiques : performance, sport, paraître, musique, capital(ist)e, esprit, débrouille, futur(e), mémoire. Il y a des traversées filmées extraordinaires de Kinshasa avec la couleur des maisons, l’ambiance, les sonorités, tout cela est aussi bien retranscrit par le scénographe et le graphiste (J-C Lanquetin, N-S Larsen).

Qu’allons-nous découvrir ?

Il y a par exemple la « sapologie » ! C’est très connu la sape avec ces personnes qui recherchent une manière particulière de se vêtir avec des couleurs très vives, des matières improbables, des contrastes… Il y a également le sport évoqué avec le célèbre combat de boxe qui a eu lieu en 1974 entre George Foreman vs Muhammad Ali, c’est un moment encore très vif dans l’esprit des habitants.

Photo : Pierre Schwartz

La vitalité créatrice est très présente !

C’est une ville paradoxale et déroutante. On a  voulu montrer tout cela, présenter le devenir, l’avenir mais aussi l’auto-planification, l’auto-construction et comment les artistes répondent à cette injonction : « Débrouille-toi pour vivre ! ». L’art est une forme de résistance, la création est omniprésente, il se passe toujours quelque chose avec peu de moyens, des rebus, du bricolage, de la récupération de mécanique… ils créent l’improbable, des robots, des costumes en cacahuètes ou en préservatifs !

Un catalogue d’exposition sera édité…

Oui, c’est un livre bilingue important avec pas moins de 400 pages comportant la notice de toutes les œuvres exposées et une quinzaine de textes écrits par des experts africains. Un événement sera organisé autour de sa sortie en janvier ou février.

http://miam.org/

KINSHASA ITW EXPO DOCUMENT OEUVRE Visitors guide_05_all_03_DEF

Exposition Kinshasa Chroniques

MIAM, Sète

Jusqu’au 10 mars 2019

Du mardi au dimanche – 5.60€/2.60€

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *