Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

Festival Radio France Occitanie Montpellier – Fêtons la musique ensemble !

CREDIT PHOTO :
Magic Malik Fanfare XP©Stephanie-Knibbe

On met de côté les mauvais souvenirs de l’été 2020 pour nous concentrer sur l’édition 2021 qui aura bien lieu en juillet. Au total, 155 concerts, (musique classique, musiques du monde, chansons, jazz, bal d’ouverture….), programmés dans de multiples lieux différents, certains en direct ou en différé sur France Musique. Si « Chaque concert est une fête », il faudra tout de même appliquer les règles Covid. Comme nous l’explique Jean-Pierre Rousseau, le directeur du festival.

Après les longues épreuves liées à la pandémie en 2020, cette année, vous avez vu large : 40 ensembles, 30 pianistes, des centaines de musiciens pour fêter le retour de la musique. Des concerts à Montpellier, bien sûr, mais aussi dans sept hauts lieux du patrimoine de l’Occitanie (Cahors, Conques, La Romieu, Narbonne, Perpignan, Saint-Lizier). Pourquoi cette décentralisation de la Métropole ?

Il n’y a pas « décentralisation de la Métropole » mais une simple mise en œuvre de la politique du festival. Depuis longtemps et singulièrement depuis 2016, le festival a vocation à rayonner dans toute l’Occitanie… cette année plus de 40 concerts, d’est en ouest, du nord au sud de la Région.

Les contraintes sanitaires restent présentes. Pour les concerts en extérieur, il est plus facile de gérer la distanciation. Comment prévoyez-vous l’accueil du public ? La maîtrise des flux de personnes?  Et pour les concerts en intérieur, les jauges seront-elles limitées ? Pass sanitaire ou test PCR obligatoires ?

Le Festival appliquera les normes sanitaires qui seront en vigueur le 10 juillet. Mais nous avons d’ores et déjà décidé de limiter toutes les jauges (notamment au Corum et à l’amphithéâtre d’O à Montpellier, pour les concerts classiques, jazz et électro) à 1 000 places assises. Pas de Pass sanitaire ni test PCR requis. En revanche, tous les concerts à Montpellier sont sur réservation préalable.

Le voyage des artistes internationaux est-il encore problématique ? A-t-il orienté votre programmation vers plus de choix hexagonaux ?

Oui, nous avons préféré ne pas inviter cette année de grandes formations orchestrales ou chorales de l’étranger. Quelques artistes ont anticipé de possibles difficultés pour voyager et ont préféré renoncer à leur venue. Mais le phénomène est très limité.

Avez-vous déjà ressenti les effets du Pass Culture octroyé par le Gouvernement ? Autrement dit, y a-t-il une augmentation des réservations faites par le jeune public ?

Il est trop tôt pour établir des statistiques.

Alors que l’on fête, cette année, le centenaire de la radio, le festival a-t-il gardé des archives sonores sur des moments forts qui ont marqué son histoire à Montpellier ?

Les archives sonores sont celles de l’INA et de Radio France, puisque, depuis l’origine, les chaînes de Radio France, France Culture et surtout France Musique sont étroitement associées au Festival et captent donc émissions et concerts.

Vous tenez un blog* extrêmement documenté sur des raretés et goodies de la musique classique. Par exemple, on peut découvrir Music of The Sphères, une œuvre passionnante du Danois Rued Langgaard (1893-1952). Cette dimension de partage, de transmission pédagogique, c’est important pour vous ?

Il s’agit d’un blog personnel, qui n’engage évidemment en rien le Festival ni aucune organisation à laquelle je participe. J’y évoque, en effet, mes goûts musicaux, parfois en relation avec la programmation du Festival. Il est évident que c’est la vocation première du Festival de susciter la curiosité, d’inciter à sortir des sentiers battus, d’inviter à la découverte d’interprètes et de répertoires qui méritent d’être découverts ou redécouverts. Nous savons que le public est gourmand de cela.

Le Festival accompagne toujours les nouvelles étoiles de la musique ?

Oui, il y aura Jakub Józef Orliński, Benjamin Grosvenor, Alexandre Kantorow, Yoav Levanon, Filippo Gorini, Thibaut Garcia, Maïlys Maronne ou Adriana Gonzalez

Et les fidèles du festival ?

Les chefs Hervé Niquet, Santtu-Matias Rouvali, François-Xavier Roth, Cristian Măcelaru, Michael Schønwandt, Domingo Hindoyan, mais aussi Sonya Yoncheva, Renaud Capuçon, Nicholas Angelich, Michel Dalberto, Bertrand Chamayou ou encore Félicien Brut, Thomas Enhco, Magic Malik, le quatuor Ellipsos.

Les temps forts du Festival ?

Autant demander à un père ou une mère lequel de ses enfants il préfère ! Tous les concerts proposés sont des temps forts pour les interprètes comme pour le public qui y assiste. Par avance, j’aime tous les concerts que nous avons programmés cet été, parce que chacun d’eux sera une fête ! On peut signaler l’originalité de cette édition : l’organisation de la programmation autour de 7 journées thématisées, pour ainsi créer des parcours de découvertes, des passages entre tout jeunes musiciens et artistes confirmés.

Le 14 juillet, la soirée d’ouverture à Montpellier se prépare avec le concert/bal de l’Umlaut Big Band, dans les Jardins du Peyrou et dans le cadre de la sérieJazz en plein air au Parc départemental du Château d’O. Les 17-23 juillet ; les Leçons de Ténèbres suivront un cycle qui fera résonner la musique de Couperin, Charpentier, Gouffet, Brossard, Delalande, Lambert et Bouzignac dans sept des plus hauts lieux de patrimoine de l’Occitanie. Le 24-25 juillet : De la Terre aux Étoiles, une thématique autour des musiques des fêtes du monde entier (Italie, Amérique Latine, centenaire de Piazzolla, etc.). Le 26 juillet, « Bacchus », la résurrection de l’opéra de Massenet en version de concert sous la baguette de Michael Schønwandt avec ténor John Osborn à la tête d’une distribution de haut vol. Et pour finir, le 30 juillet, une carte Blanche à la soprano Sonya Yoncheva accompagnée de son mari le chef Domingo Hindoyan et de l’Orchestre National de Montpellier.

Propos recueillis par Patricia Bussy

Programme complet du 10 au 30 juillet, billetterie, réservation sur lefestival.eu/

* jeanpierrerousseaublog.com/

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *