Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

EMMANUEL ROUDIER

Fils des Âges farouches

Propos recueillis par Patricia Bussy

Dans le hall d’accueil de Pierres-vives, un homme de Neandertal nous attend. Le moulage monumental fut réalisé en 1930 par l’artiste lodévois Paul Dardé. Et dans les salles d’expo des sculptures, des représentations artistiques et scientifiques s’inscrivent comme le fil rouge du parcours. Emmanuel Roudier, l’un des illustrateurs, nous raconte sa préhistoire.

Quand est née cette passion pour la préhistoire ?

Petit, j’étais fan de Rahan, mais ma passion s’est réellement développée vers les 20 ans. Neandertal m’est vite apparu comme un personnage de récit idéal. La culture populaire donnait de lui l’image d’une brute, alors que la science présentait celle d’un frère en humanité, mystérieusement disparu.

Pour vos romans, vous empruntez aux connaissances actuelles. En même temps, il vous faut rester dans le romanesque ?

Mon imaginaire se nourrit de l’archéologie. Dans la série Neandertal, j’ai tenu à rester proche des avancées de la recherche, ce qui peut surprendre, au niveau du langage, par exemple. Mais pour faire un bon récit, l’aventure doit primer. Dans mon adaptation de La Guerre du feu, j’ai respecté la vision de J.H. Rosny Aîné, sans tenter de la remettre à jour. Parce que l’aventure qu’il a inventée est époustouflante.

La rencontre avec la conservation du musée de l’Homme, puis avec la médiathèque de Pierres-vives

Lors d’un salon du livre sur la préhistoire, Marylène Patou-Mathis, qui préparait une nouvelle expo au Musée de l’Homme, m’a invité à y participer. On m’a donné carte blanche pour la création d’une fresque reflétant ma vision de Neandertal. Une telle offre, ça ne se refuse pas ! L’exposition a été transportée à Pierres-vives, où l’on m’a proposé d’animer des ateliers et une conférence.

Vos livres ont-ils étés traduits ?

Pas tous malheureusement, mais les séries Neandertal et La Guerre du feu le sont en allemand, espagnol, néerlandais, danois, italien. Il était question aussi d’en faire une version en occitan…

Justement, la Région Occitanie vous inspire t’elle pour la création de vos décors ?

Oui. Par exemple la grotte d’Aldène (près de Minerve) abrite des dessins parmi les plus anciens au monde. Les paysages de la Lozère et de l’Aveyron m’ont beaucoup influencé pour mon roman graphique Vo’hounâ. Les reliefs pyrénéens seront le cadre de mon futur roman.

A l’ère des androïdes, ressentez-vous chez les enfants cette même fascination que nous avions nous pour les dinosaures ?

Toujours autant ! Ils aiment la préhistoire de comédie, ils s’intéressent aussi aux fictions documentées, avec des héros qui leur ressemblent, vivant dans un monde à la fois plus sauvage et plus humain que le nôtre.

A lire les BD Neandertal chez Delcourt et le livre illustré Qui était Neandertal ?, avec Antoine Balzeau (Belin).

roudier-neandertal.blogspot.com/

25 mai, Amphithéâtre de Pierres-vives, conférence : de la Préhistoire à la bande dessinée, à 16 h

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *