Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

DOBBS

Sur la piste de Monsieur X

Propos recueillis par JL. T

Rendez-vous avec Monsieur X a été un rendez-vous incontournable sur France Inter. Un mystérieux interlocuteur révélait des secrets sur les grands faits historiques du siècle. L’héraultais Dobbs est l’un de scénaristes de la série. Il signe l’album sur l’affaire de la Baie des Cochons en 1961, tentative désespérée des Cubains anticastristes de reprendre le pouvoir sur l’île avec l’aide des USA.

Qui a eu au départ l’idée de cette collection ?

Ce sont les deux Olivier de Comix Buro. En fait, ils m’en ont parlé. Ils m’ont parlé de plusieurs sujets de cette collection. Je connaissais l’émission de France Inter et j’ai défriché le sujet.  J’avais plusieurs sujets possibles dont la Crise des Missiles en 1962 ou des sujets sur la seconde guerre mondiale, la guerre froide.

Comment avez-vous fonctionné ?

Il y a un processus très spécifique dans cette émission avec des interviews croisés, une intro, la voix de Pesnot en off. Il fallait trouver un autre moyen pour les albums, s’adapter au média BD. Il fallait bien se caler avec le dessinateur Monsieur Fab.

Comment vous avez creusé le sujet ?

Il y a un vrai travail d’adaptation et chaque scénariste de la série a mis ses capacités d’écriture en œuvre. On avait carte blanche à partir du moment où on pouvait intégrer de la fiction dans l’histoire.

Vous avez un héros confronté à la réalité, un fil rouge, et se greffe dessus les faits. L’émission remet en cause l’Histoire officielle ?

Elle lui donne un autre jour, celui entre autres de la manipulation. Monsieur X est une sorte d’amplificateur.

Un historien a la vérité comme objectif. Dans Monsieur X, ce sont des hypothèses plus ou moins étayées, qui s’enchaînent ?

On tisse des liens. C’est aussi l’intérêt de l’émission avec des répercussions en dominos. La Baie de Cochons, c’est une claque médiatique pour JFK, un succès pour Khrouchtchev qui récupère Cuba dans ses filets.

Si vous aviez des sujets à choisir dans cette collection pour la suite hormis Cuba ?

Hormis la crise des missiles en 62, il y aurait la seconde guerre mondiale et les affaires d’espionnage, les opérations spéciales des deux côtés à travers les émissions existantes. C’est une obligation pour la série. Il faut attraper le style de Monsieur X. Toujours la même voix, c’est didactique, cynique et parfois ironique. C’est bien joué et on revient sur cette ambiguïté : qui est-ce qu’on entend ? Cela m’avait séduit. On apprend des choses.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *