Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

DECROHNONS UN PEU EN ATTENDANT LA MORT

Pour les “anciens” lecteurs d’!DEM, le titre de cette chronique rappellera certains souvenirs puisqu’elle était publiée pendant quelques années dans ses pages, comme l’expression sarcastique de mon ressenti vis à vis de certains événements, personnes ou comportements. Il arriva un moment où je pensais avoir fait le tour de la question, probablement touché par la lassitude de sembler être Sysiphe sur sa montagne tant les sujets ne manquaient pas, mais se ressemblaient tous. J’ai donc arrêté d’écrire cette chronique il y a quelques années.

!DEM existe depuis près de quinze ans, et ce 107è numéro que vous tenez entre vos mains, à moins qu’il ne soit posé sur une table devant vous, est probablement l’un des derniers. Nous portons ce magazine, Patrick Conte le rédacteur chef et moi-même depuis tout ce temps de façon bénévole, porté par l’envie de mettre en lumière les acteurs culturels d’ici, bien souvent en leur donnant la parole afin de défendre leurs créations, leurs lieux ou leurs événements. Se faire connaître du public local, c’est normalement le point de départ. A raison de 20 pages de rédactionnel par numéro en moyenne, ce sont donc plus de 2000 acteurs de la culture locale qui ont trouvé avec !DEM un moyen de se faire connaître du grand public.

Nous avons choisi un modèle gratuit financé par la publicité. Ce sont donc nos annonceurs qui nous permettent d’exister, à savoir : écrire, mettre en pages, imprimer et diffuser chaque numéro. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce n’est pas simple de financer chaque numéro, c’est même très compliqué et, comme la plupart des titres de presse en 2019 (gratuits ou payants d’ailleurs) nous sommes dépendants des insertions publicitaires institutionnelles, à savoir villes, métropoles, départements et régions. Aujourd’hui, seuls le département de l’Hérault et la Région Occitane continuent de soutenir le magazine en nous incluant dans leur plan média.

La ville et la métropole de Montpellier, dont nous soutenons pourtant les événements depuis 15 ans (ZAT, Musée Fabre, Lattara, Espace Bagouet, Pavillon Populaire, Carré sainte Anne, Comédie du livre, Printemps des comédiens, Saperlipopette… et j’en passe, beaucoup) ont décidé de sortir !DEM de leur plan de communication, tout en assurant pourtant le contraire.

Force est néanmoins de constater que lorsque nous n’avons de réponse ni aux emails ni aux messages téléphoniques pour valider les devis que nous avons envoyés il y a plus de deux mois, il y a de quoi tirer les conclusions qui s’imposent.

Certes la nouvelle directrice de la communication, Mme Leirens, nordiste fraîchement débarquée ne nous connait pas, mais on constate néanmoins que ville et métropole communiquent chez certains confrères qu’elle ne connaissait pas plus en arrivant. Alors, chacun fait ses choix et nous ne revendiquons rien de plein droit – rien si ce n’est le minimum de respect envers un titre qui fait partie du paysage culturel local depuis quinze ans. Une réponse (qui ne saurait tarder à arriver lorsque l’intéressée lira ce papier), aurait été bienvenue. C’est la moindre des choses lorsqu’on demande à quelqu’un de faire des devis. Pour une direction de la communication, c’est un peu le comble, pour ne pas dire autre chose.

Ceci dit, cette façon de fonctionner doit être un peu la marche à suivre à la mairie et à la métropole puisque nous avons sollicité M. Traviers (Vice président à la culture de la métropole, enfin parait-il) et Mme Marsala (adjointe culture à la ville, la 3è du mandat) pour des interviews concernant l’ouverture du MOCO et la tenue de la prochaine ZAT, sans pour autant avoir eu de réponse…

Pour conclure cette chronique, nous tenons néanmoins à remercier nos annonceurs, et notamment la Région Occitanie et le département de l’Hérault, qui nous permettent de sortir malgré tout, au moins ce numéro. La suite dépendra probablement d’autre chose…

Pascal PORTUGUES

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *