Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

DÉCROHNONS UN PEU EN ATTENDANT LA MORT…

Alea acta est*

Au moment d’écrire cette chronique, ACTA est quasiment en route et le moins qu’on puisse dire c’est que c’est un peu passé inaperçu. Alors ACTA (pour   Anti-Counterfeiting Trade Agreement) c’est quoi ? C’est un accord COMMERCIAL entre plein de pays (USA, UE, Mexique, Canada, Australie, Japon …) qui défini un nouveau cadre juridique au nieau de la propriété intellectuelle, notamment et surtout sur Internet. En gros, ACTA oblige les fournisseurs d’accès internet à fliquer leurs clients sous peine d’être  poursuivis pour complicité de piratage (sachant aussi que SFR et Universal c’est la même boîte, itou pour AOL-Time-Warner …). Hadopi t’es vraiment un minable à côté. Il y a aussi d’autres choses à savoir à propos d’ACTA : il a été négocié en quasi secret pendant plus de 5 ans et le jour de sa signature par l’UE, son rapporteur (Kader Arif) a démissioné dénonçant une mascarade. ACTA est modulable, c’est à dire qu’il peut-être modifié en cours de route par les membres de sa commission pour être un peu plus coercitif. ACTA peut aussi empêcher la libre circulation des médicamentsgénériques (c’est déjà arrivé) et plus généralement empêcher la libre circulation de l’information et de la culture (et je ne parle pas ici de piratage, mais de partage des savoirs). Le plus extraordinaire dans tout ça c’est que personne n’a voté pour un truc de ce genre, que ses membres ne sont bien évidemment pas élus, et qu’ils auront un pouvoir de fait bien plus important que les organisations historiques (INPI, OMPI, OMC) ou que les états.

Bref, c’est la quenelle de 20 par la world company.

ACTA c’est la monétisation à venir de tout ce qui est gratuit et légal sur internet.  En transformant ce qui est gratuit au profit de ceux qui possédaient déjà ce qui était à vendre, il garantit à ceux ci une rente ad vitam aeternam**Un peu comme le modèle des OGM : on dépose un brevet sur du maïs, on inonde le marché du maïs breveté (qui est de la merde soit dit en passant) si bien que le maïs normal disparaît et les gens n’ont plus d’autre choix que d’acheter du maïs breveté. Sauf qu’un jour, quand les gens auront très faim, je ne suis pas certain qu’il y ait brevet qui vaille et là, Monsanto, va……..o.

Pascal Portuguès.

* C’est du latin, en tout cas ça y ressemble.
Maintenant si ça veut dire quelque chose ou pas,
j’avoue que j’en sais rien.
** Ça aussi c’est du latin, ça veut dire “à la vie
éternelle” je crois.
ALEA ACTA EST*

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *