Le magazine d'actualités culturelles en Languedoc-Roussillon

A STATE OF MIND (+ THE MOUSE OUTFIT) – VICTOIRE 2, MONTPELLIER LE 26/02/2015

En général, pendant la période hivernale, mon enveloppe corporelle me réclame une trêve ; appel à l’hibernation oblige, je suis de celles qui sortent peu en hiver, j’avoue. Je n’en suis pas très fière, mais bon, il paraît qu’il faut respecter son corps alors j’essaie de m’y appliquer. Tout ça pour dire que je n’étais pas dans une forme olympique pour sortir ce soir, mais je me suis dit que ça faisait longtemps que je n’étais pas allée à un concert, alors petit challenge : bouger mon p’tit cul pour braver le froid et la pluie. Et comme j’aime bien les défis, j’me dis, allez, zou, banco, c’est tipar !

Comme redoutées, les gouttes de pluie ne m’épargnent pas, je crois même qu’elles m’en veulent les garces ! Mais allez, je tiens le coup, je peux le faire ! J’arrive dans la salle assez peu remplie (une petite 80aine de personnes pour une jauge de 600 personnes) à temps pour le début du concert, je me dirige vers le milieu de la salle et attends la montée sur scène de la première partie de concert, The mouse outfit (le costume de souris en français). Et les musiciens arrivent à l’heure et en nombre ; j’aime bien ce timing bien carré qui évite la longue attente des artistes-divas qui sont légion dans ce milieu…  Agréablement surprise par cette affluence de concertistes mais déçue de ne pas les voir déguisés en petits rongeurs, j’ouvre mes oreilles et découvre un hip-hop très funky, ma foi, pas dégueu, mais pas non plus transcendant… Le flow du rappeur est vif mais la voix est un peu pâteuse et pas très claire. L’instru manque elle aussi de peps et d’efficacité, c’est simple mais un peu trop… Petite lueur d’espoir au son de la trompette et du saxo, qui apportent une touche originale. Ah, oui, non, non…

Malheureusement, ce n’est pas assez exploité à mon goût. Mais le public qui s’est étoffé au fur et à mesure a l’air d’apprécier. Arrive le deuxième rappeur, bière à la main, allure nonchalante, casquette rose écrasant sa grosse touffe de cheveux, belle paire de basket aux pieds, et là on sent que sa présence apporte un plus, son flow est quant à lui, très clair et bien articulé, il apporte une réelle énergie supplémentaire. Les morceaux sont assez variés et régulièrement teintés de reggae, ce qui n’est pas pour me déplaire. L’atmosphère commence à se réchauffer et les spectateurs se muent de plus en plus. Cette première partie fait un bel effet sur le public, mission accomplie donc pour les amis des rongeurs, qui finissent par rentrer dans leur tanière.

 

A-State-Of-MindPis on passe aux têtes d’affiche A State of Mind, changement de plateau, on vire tous les instruments et on installe un promontoire pour accueillir le dj et ses platines.
« One DJ and two MCs » chantonnent les Beastie boys dans ma tête à la vue des deux rappeurs arrivant sur scène et prenant place devant le dj, tous affublés de maillots de foot (dont je ne saurais dire l’équipe, n’étant pas adepte de ce sport, que ce soit sur le terrain ou à la TV, quoique l’ambiance TV-bière-foot peut me paraître sympathique et conviviale, même si très virile et émanant des effluves comme qui dirait boucanées) et accompagnés d’une sorte de cheerleader dont on verra la fonction au cours du spectacle. Après leurs tournées successives aux côtés de Wax Tailor, Chinese Man, Deluxe et Jukebox Champions, ASM sont de retour en « indépendants ». Et c’est dans une ambiance soundsystem qu’ils nous entraînent ; l’homme aux platines balance la sauce électro délayée de classiques hiphop et les deux MCs enchaînent sur de La Soul, A Tribe Called Qu’est, Eminem, Dr Dre., Snoop Dog, Jurassic 5, etc. Je suis surprise en fait, car je ne m’attendais pas à ce concept-là… Revisiter des hits de cette culture urbaine pour « tout simplement » rapper par-dessus, j’avoue que l’intérêt musical ne me percute pas ! J’ai l’impression d’être avec une bande de potes qui s’amusent à balancer leur flow sur des sons connus à défaut de pouvoir en composer eux-mêmes. Je reconnais cependant que les deux fans du ballon rond dégagent une belle énergie.

L’ambiance dans la foule est très bonne, les gens sont à fond et ça guinche bien autour de nous, le public semble conquis par cette prestation. Pour ma part, je suis contente d’assister à ce spectacle et je commence aussi à remuer mes pieds et le reste de mon corps, c’est toujours agréable de dansouiller sur du bon son. Je suis déçue de la performance musicale car j’imaginais autre chose, j’avais sans doute trop d’attente pour ce concert… Mais j’ai quand même passé une soirée agréable et inédite. Et je remercie Victoire 2 pour ça ;-).

AP.

PS : ah zut, j’ai oublié de parler de la cheerleader… bon bah tant pis !

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *